Nous avons 34 invités et aucun membre en ligne

Vendredi - Sem. 46 1 6 Nov. Marguerite GPremier quartier
L'ignorance mène à la peur, la peur mène à la haine et la haine conduit à la violence. Voilà l'équation.Averroès: Homme de loi, Mathématicien, Médecin, Philosophe, Scientifique, Théologien (1126 - 1198)

Article à lire

Le Syndrome du porc

31-10-2017 Hits:245 Jean BERTOLINO Super Utilisateur - avatar Super Utilisateur

  Puceaux ou pourceaux ???? Dénoncez-moi amies, je fus un porc, j’avoue ! Durant la puberté, vous hantiez mes sommeils. Que de rêves érotiques m’ont fusionné à vous. Que d’érections violentes m’attendaient au réveil  Que j’apaisais, tout seul...

Read more

Pleurons un Brave

28-03-2018 Hits:181 Jean BERTOLINO Super Utilisateur - avatar Super Utilisateur

L’islam ne se grandit pas en les tolérant dans son sein. Pire même, il se laisse contaminer par leurs funestes toxines de haine et d’intolérance. Il est désormais aisé...

Read more

L’effet boomerang

16-10-2017 Hits:265 Jean BERTOLINO Super Utilisateur - avatar Super Utilisateur

Arabie Saoudite, Israël, USA, J’ai envie de crier haut et fort : « même combat » ! Ils créent des terroristes dans leurs laboratoires, Puis les font opérer sur certains territoires Pour semer la terreur. Ces êtres indociles,  Menés...

Read more

Une inaccessible lumière....

31-10-2017 Hits:249 Jean BERTOLINO Super Utilisateur - avatar Super Utilisateur

inventeurs de déités, tous les prophètes ou illuminés qui ont prétendu la posséder ont souvent engendré des idéologies ou des dogmes mortifères, sources d'intolérance, de barbarie et de stagnation intellectuelle...

Read more

La fraternité, c'est un dénominateur com…

21-10-2016 Hits:285 Abdennour Bidar Aouragh Aziz - avatar Aouragh Aziz

Il faut opposer la fraternité au capitalisme sauvage et aux replis identitaires. C'est ce qu'affirme le philosophe Abdennour Bidar, président de Fraternité générale. Le philosophe Abdennour Bidar est le président...

Read more
FaceBookTwitterGoogle+Instagram

bienvenue sur le site des midelti(e)s. le site est fait pour celles et ceux, de prêt ou de loin ont un lien, une attache, une histoire ou un souvenir avec la ville de midelt ( ville marocaine ) situé dans le moyen atlas à 1500 mètre d’altitude pas loin de jbil alayachi qui culmine à 3750 m. vous aimeriez partager vous souvenirs ( photos, anecdote, une aventure …etc. ) avec d’autre personnes n'hésitez pas à partager vos lectures, vos écritures etc sur midelt.fr. Ce dernier vous ai dédié afin que vous puissiez vous exprimer mais pas seulement : vous pouvez également donner votre avis, nous proposer de nouvelles idées. la notion de lecteur participatif prend ici toute sa richesse, vous donnez naissance à un véritable lieu d’information, d’échange et de prise de parole. bonnes lectures

 

Ma grande sœur

Par Jean Bertolino.

Oublions un peu l'actualité qui nous mange la tête. Ce matin je pensais à ma sœur si proche de moi, jadis, si chère à mon cœur aujourd’hui. C’est maintenant une vieille dame ombrageuse, malade, et minée par la solitude. Cette année, pour des raisons de santé, je n’ai pu aller la voir mais quotidiennement je lui téléphone pour lui insuffler quelques minutes de communications intenses qui meubleront le reste de sa journée. Ma sœur…

Ma sœur…

 

J’avais un petit frère qui, parti avant l’heure,

A laissé un grand vide tout au fond de mon cœur.

J’ai une grande sœur de un an mon ainée

Qui dans la solitude s’est emprisonnée.

Seule dans sa maison du sud ouest elle attend

Une mort insidieuse qui avance à pas lent.

Elle soigna son mari qui était sous dialyse

Jusqu’à son trépas qui survint sans surprise.

Elle eut deux beaux gaillards qui ont des vies prospères

Comparée à la sienne, d’une grisaille inouïe. 

Mais, contrairement aux filles, les garçons oublient,

Au profit des épouses, ce qu’ils doivent à leur mère.

Comme ce fut mon cas, je n’ai donc pas envie

De faire la leçon à des neveux très proches

Lesquels, happés par le tourbillon de la vie,

Ne prennent pas conscience d’une fin qui s’approche.

Alors on s’appelle, elle et moi, chaque jour.

On parle de notre petite enfance en Savoie,

Des fayots, des lentilles et des topinambours,

De nos copains d’alors, de nos premiers émois.

Mais je devine bien que dans ses longs silences

C’est à ses deux enfants qu’elle parle et qu’elle pense. 

Bougonne, elle l’est bien sûr dans cette thébaïde

Qu’est la demeure sombre où son corps invalide

Se déplace lentement par crainte de chuter,

Avec un bichon blanc qui colle à ses pas

De peur de la voir choir ou pire encore heurter

Sa tête contre un mur et de n'être plus là.

Je n’ai pas toujours été aussi soucieux d’elle,

Mais elle est tout ce qui me reste de mon passé,

De ma famille dans les limbes dispersées,

Cette sœur qui, pour moi, fut presque une jumelle.

JB

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Connexion

264881
Aujourd'hui
Hier
Ce Mois
All days
41
385
3270
264881

Votre IP: 54.82.73.21
16-11-2018