Nous avons 11 invités et aucun membre en ligne

Mercredi - Sem. 13 2 7 Mars Habib SDernier quartier
La dépression frappe au hasard c'est une maladie, pas un état d'âme.

Article à lire

Lettre ouverte à un soldat d’Allah

29-03-2016 Hits:449 Information Aouragh Aziz - avatar Aouragh Aziz

Prépare ta valise. Achète un billet. Change de pays. Cesse d’être schizophrène. Tu ne le regretteras pas. Ici, tu n’es pas en paix avec ton âme. Tu te racles tout...

Read more

A bas les tyrans africains

22-05-2015 Hits:500 Jean BERTOLINO Jean Bertolino - avatar Jean Bertolino

Les présidents des républiques africaines ne vont plus oser quitter leur pays de crainte qu’un opposant leur fauche la place. Regardez Pierre Nkurunziza du Rwanda, à majorité Hutue. Il...

Read more

Enjil, le portrait d'un village en voie …

24-09-2018 Hits:180 Actualités Aouragh Aziz - avatar Aouragh Aziz

C'est l'histoire d'un village minier près de Midelt. En 2008, le jeune réalisateur Mourad Khellou y avait tourné son deuxième court métrage « Troisième jour», mais dix ans après, une...

Read more

Palestine

17-08-2015 Hits:521 Jean BERTOLINO Jean Bertolino - avatar Jean Bertolino

6 à 8 millions de palestiniens chassés de leurs terres au cours de 4 guerres meurtrières ce n'est pas rien. L'amalgame entre anti-sionistes et antisémites permet de faire passer...

Read more

Ma Grande Sœur

29-05-2018 Hits:201 Jean BERTOLINO Super Utilisateur - avatar Super Utilisateur

  J’avais un petit frère qui, parti avant l’heure, A laissé un grand vide tout au fond de mon cœur. J’ai une grande sœur de un an mon ainée Qui dans la solitude s’est...

Read more
FaceBookTwitterGoogle+Instagram

N’offrez pas de fleurs, Messieurs, ne confondez pas avec la Saint Valentin ! Le 8 mars est une journée de lutte pour les droits des femmesN’offrez pas de fleurs,Pas de fleurs, non merci, l’égalité des droits, d’ici à là-bas.Messieurs, ne confondez pas avec la Saint Valentin ni avec la fête des mères ! Le 8 mars n’est pas une fête ni un hommage, mais une journée de lutte pour les droits des femmes.Ce n’est vraiment pas un jour pour offrir des fleurs, des produits de beauté, de la lingerie, de l’électroménager ou des promotions shopping… Au contraire, sortez des stéréotypes! Exprimez plutôt votre solidarité. Si vous voulez faire un geste pour la Journée des Femmes, intéressez-vous plutôt aux revendications émises à cette occasion. Quelle est la réalité vécue par les femmes? Quelles sont leurs difficultés? leurs revendications? Que pouvez-vous faire? Mais évitez les initiatives idiotes qui vous font porter des talons, du rose ou du rouge à lèvres : ça n’a jamais fait avancer les droits des femmes ! Portez plutôt le ruban blanc. Chaque année, même les machos les plus farouches feignent, le 8 mars, de jeter une brassée de roses aux pieds de la femelle. Sans que rien ne change, au contraire…

Source Marianne 2013

Kamel Daoud: Je suis marocain

Ecrivain et journaliste algérien
Oui, je suis marocain. Est-ce être traître ? Etre un agent du makhzen ? Un harki de l'horizontalité maghrébine ? Un contrebandier ? Un haineux de soi ?

Non. C'est juste rappeler un lien, une histoire, un dû du temps de la guerre de libération, un sang et une proximité.

Il faut le rappeler pour contrer ce curieux esprit anti-marocain dont font pain à la fois les islamistes, les populistes et les propagandes pour se nourrir et manger nos enfants.

C'est juste rappeler que ce pays n'est pas un pays ennemi mais un pays d'adossement. Rappeler que l'on peut avoir des différends "politiques" mais que cela ne doit jamais aller plus loin que cela.

Lire des articles agressifs et diffamatoires, presque tous les jours que Dieu fait sur le Maroc est devenu une habitude triste et dangereuse. Elle a donné naissance à une génération qui confond un différend politique avec la figure d'un ennemi stratégique.

 

L'excuse est d'ailleurs facile : "ils" le font aussi de l'autre côté, dit-on. C'est-à-dire qu'au Maroc il existe les mêmes courants, les mêmes propagandes fielleuses, etc. Et donc ? Devrons-nous transformer ces querelles en guerre ? Cela justifie-t-il la perpétuation des rancunes ? Non. Je suis aussi marocain.

La frontière est fermée depuis presque trente ans et on vous pose à chaque fois la question quand vous êtes dans ce pays : «qu'en pensez-vous» ? Je pense que c'est une tragédie, un affect, une blessure et un surréalisme.

 

Je réponds aux plus jeunes que nous devons avoir les qualités de nos aînés au Maghreb mais ne pas refaire leurs erreurs, ne pas perpétuer leurs rancunes et méfiances.

L'histoire des frontières fermées est une histoire de blessure. Les Algériens, ceux du régime, disent ne pas pouvoir oublier l'humiliation des visas imposés par Hassan II.

"Ils voulaient voir des files d'Algériens aux portes de leur ambassade". On peut comprendre que le faux pas a été amplifié par la proximité et le destin commun, consanguin. La fraternité a le sentiment disproportionné.

De l'autre côté, la frontière fermée est vécue comme une tragédie, une insulte, une punition. Depuis si longtemps close qu'elle est devenue un mur puis une faille : aujourd'hui au Maroc les jeunes générations ont désespéré de voir ce mur s'écrouler. Il en naquit une génération de Marocains qui ne connaissent rien à l'Algérie et une génération d'Algériens qui ne connaissaient rien au Maroc. Des enfants aptes à la guerre, la rancune, cibles des désinformations et des désespérances.

La frontière s'est même étendue, elle est entrée dans les médias, les têtes, les liens : il n'y a pas de circulation de livres entre les pays du Maghreb, de circulation de journaux, d'acteurs, de leaders, d'idées.

On plie les genoux au pied des mêmes hydres et menaces et pourtant chacun le fait seul, dans le coin reclus de son territoire.

Les frontières ont ceci de tragique qu'elles se creusent, s'enfoncent dans les corps et les esprits, deviennent plus vastes que les pays, les barbelés deviennent des tatouages et les sentinelles des tueurs.

Il faut résoudre cette blessure, comprendre l'affect qui charge cette question, se pardonner les faux pas politiques, les humiliations subies ou les punitions ordonnées. Les aînés doivent comprendre qu'ils vont un jour disparaître et que c'est une tragédie de nous léguer, à nous, des pays qui se tournent le dos à cause de leurs faiblesse et manque de grandeur.

Non, je suis aussi marocain. Et si j'ai écrit ce titre, c'est pour espérer lire les réactions : grimaces, haussements d'épaules, soupçons... et les lire -, les voir venir à la surface, les guérir. Les accepter pour les dépasser.

Entre les stands du Salon du livre de Casablanca, des groupes d'enfants, éparpillés, heureux, curieux, palpant les livres et s'excitant sur les couleurs. Ils sont les nôtres, partout. Penser à leur laisser des pays qui surmontent les différences, pas des îlots avec des drapeaux. Naïf ? Oui, comme l'étaient mes ancêtres dans l'ardeur du sens et du sang.

La différence est devenue une adversité, elle peut se transformer en une guerre. Nous ne devons pas participer à la construction d'un nouvel ennemi. L'ennemi c'est le désastre écologique, la soumission, la faiblesse des souverainetés, l'impuissance et la pauvreté, le délire sur la vérité qui tue et n'éclaire pas, les ruptures et le ricanement.

C'est cela l'ennemi. Pas le Maroc, pas l'Algérie.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Connexion

294055
Aujourd'hui
Hier
Ce Mois
All days
37
142
6206
294055

Votre IP: 54.226.175.101
27-03-2019

 Le respect de votre vie privée est notre priorité

Sur midelt.fr, nous utilisons des cookies et des données non sensibles pour gérer notre site.
A quoi nous servent ces cookies ?
Ils nous permettent de mesurer notre audience, de vous proposer des contenus éditoriaux et services plus adaptés et vous permettent de partager nos articles sur vos réseaux sociaux comme Facebook.
Cliquez sur le bouton pour valider votre consentement sachant que vous pouvez modifier vos préférences à tout moment sur notre site.