Nous avons 7 invités et aucun membre en ligne

FaceBookTwitterGoogle+Instagram

M Aouragh

  PALESTINE ENTRE GUERRE ET PAIX

 

   Nouvel embrasement
   Gaza aujourd’hui
   Sous la tyrannie des bombes
   De jour comme de nuit
   Carnage impitoyable et boucherie
   Drones blindés et missiles
   Dans ce sombre
   Ciel


   Gaza City n’est plus
   Que cratères béants
   Cadavres et gravas fumants…
   Foyers immeubles
   Ravagés
   Ruines et façades criblées
   Des villages rayés de la carte
   Corps déchiquetés
   Sous le regard effaré
   De l’immense communauté…

   L’odeur de la mort rode
   Emporte sans distinction
   Les habitants décampent
   Baluchons sur le dos
   Derrière eux leurs enfants
   Parents et amis
   Leurs voisins assassinés
   Dans leur sommeil mort …

   Images du déjà vu
   Sur les chaînes cryptées
   Linceuls portés en
   Terre
   Visages d’innocents boursouflés
   Personnes violentées disloquées
   Des lambeaux de vie sur les trottoirs
   Des jeunes traits tirés
   Sommeil court et agité
   Tailladés par la peur…

   Des lieux entiers de vie
   Anéantie
   Un homme déblaye à mains nues
   Hébété en quête de l’inespéré
   Sous les décombres de sa demeure
   Reposent les siens…

   Un père blessé hagard
   Son enfant dans les bras
   Il cherche ses proches et son chemin
   Au milieu de ce chaos…

   Une vielle femme s’affaisse
   Devant l’encadrement d’une porte
   L’empreinte de sa vie
   Ses deux filles enterrées vivant
   Hirsute elle se dandine
   Balbutie des litanies
   Se griffant le visage
   Douleur supplice…

   Des mômes jouent sur la plage
   Instant de répit
   Lorsqu’un missile les pulvérise
   Fumée
   Disparus effacés
   Regard pétrifié des parents
   Amis éplorés…

   Sur les ruines d’une maison
   Dévastée
   Une fillette figée étreint sa poupée
   Poussiéreuse la robe déchirée
   Regard fixe la caméra …

   Non loin de là dans une école
   Ces familles perdues se sont retrouvées
   Dans la joie et les embrassades
   Elles pansent leurs blessures…

   Des meurtrières embusqués
   Les snipers assassins
   Éliminent ceux qui épouvantés
   Désespérément cherchent un abri
   Entre les soldas les dirigeants
   Et les combattants
   Familles prises en bouclier…

   Peuple désorienté sans espoir
   Des survivants hagards errent
   Au milieu de cette apocalypse
   Désastre et punition haineuses
   D’un envahisseur abject…

   Rage incessante révolte
   Indignation
   L’éternel exode et chagrin
   De toute une population
   Absolue désolation
   Peut-être qu’à l’aurore d’un jour
   LA GUERRE cessera
   Et LA PAIX
   Viendra enfin marteler
   A ces portes blindées
   Toujours et encore closes…

   MOHAMED AOURAGH

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Connexion