Nous avons 15 invités et aucun membre en ligne

Mercredi - Sem. 22 2 7 Mai Augustin EPremier croissant
La grande chose de la démocratie, c’est la solidarité. La solidarité est au delà de la fraternité ; la fraternité n’est qu’une idée humaine, la solidarité est une idée universelle ; universelle, c’est-à-dire divine ; et c’est là, c’est à ce point culminant que le glorieux instinct démocratique est allé. Il a dépassé la fraternité pour arriver à l’adhérence. Adhérence avec quoi ? avec Pan ; avec Tout. Car le propre de la solidarité, c’est de ne point admettre d’exclusion. Si la solidarité est vraie, elle est nécessairement générale. Toute vérité est une lueur de l’absolu. Victor Hugo

Article à lire

Une inaccessible lumière....

31-10-2017 Hits:1271 Jean BERTOLINO Super Utilisateur - avatar Super Utilisateur

inventeurs de déités, tous les prophètes ou illuminés qui ont prétendu la posséder ont souvent engendré des idéologies ou des dogmes mortifères, sources d'intolérance, de barbarie et de stagnation intellectuelle...

Read more

Quand « Apparu » le gibbon !

10-01-2017 Hits:1267 Jean BERTOLINO Jean Bertolino - avatar Jean Bertolino

Merveilleuse Nicole Ferroni qui, ce matin dans le journal de Patrick Cohen, s’est magistralement payée Benoist Apparu le comparant à un gibbon sautant de branche en branche pour se frayer...

Read more

Les sentiers de la guerre

20-02-2019 Hits:1060 Jean BERTOLINO Aouragh Aziz - avatar Aouragh Aziz

Mes nuits, comme la machine à remonter le temps, Me plongent dans des époques à jamais révolues. Je revois les pays comme ils étaient avant, Côtoie des personnages aujourd’hui disparus. Avant était-ce mieux ? Me...

Read more

Souvenirs, souvenirs...

20-02-2019 Hits:1184 Jean BERTOLINO Aouragh Aziz - avatar Aouragh Aziz

Jean Bertolino a été grand reporter de guerre pendant 30 ans, puis responsable du service des grands reportages à TF1, avant de produire le magazine 52 sur la Une sur...

Read more

Ma Grande Sœur

29-05-2018 Hits:1182 Jean BERTOLINO Super Utilisateur - avatar Super Utilisateur

  J’avais un petit frère qui, parti avant l’heure, A laissé un grand vide tout au fond de mon cœur. J’ai une grande sœur de un an mon ainée Qui dans la solitude s’est...

Read more
FaceBookTwitterGoogle+Instagram

S'UNIR

La faute à qui ?

  Par Jean BERTOLINO

Les Israéliens ont commis une lourde erreur en renouvelant leur confiance à Netanyahou,

ce grand spoliateur des terres palestiniennes, qui croit qu’en s’arrogeant toute la Cisjordanie par des vagues d’implantations coloniales, il mettra un terme définitif à l’idée d’une résurrection de la Palestine. C’est fou ce que les hommes, y compris les politiciens qui sont en principe, je dis bien en principe, élus pour leur clairvoyance, savent si peu tirer des leçons de l’histoire. Pour pouvoir aboutir à la création de l’État d’Israël, les sionistes ont usé et abusé du mythe biblique de la terre promise et sont parvenus à faire croire aux survivants de l’holocauste que la Palestine leur était dévolue de droit divin. Les pauvres hères qui venaient d’être confrontés à la pire des barbaries ont voulu croire à ce mensonge et ont déferlé vers la terre du « lait et du miel » convaincus qu’ils y trouveraient enfin la paix. C’est la guerre qui les y attendait, une guerre qui a commencé en 1947 et qui depuis, au fil des décennies, a embrasé tout le Moyen-Orient, et se répand maintenant en Afrique, en Europe et aux Etats-Unis. Israël est né, certes, mais pour ce faire, les sionistes ont dû chasser les Palestiniens de leurs villes et villages, créant une diaspora qui croît, évolue, grossit extra-muros avec une seule idée en tête, retrouver un jour le pays de ses ancêtres. L’idée de la terre promise est désormais inversée, mais cette fois ce n’est pas un mythe. Tous les Palestiniens ayant grandi hors de Palestine ont créé par leur présence des déséquilibres à l’origine de guerres fratricides en Jordanie (septembre noir), au Liban qui, lui, a carrément implosé et sombré dans un cycle d’horreur pendant plus de 25 ans. Cela, parce qu’un pauvre peuple, désormais sans patrie, était tenté de la recréer dans des pays d’accueil soucieux de préserver leur intégrité. Aujourd’hui à cause de ce problème le monde n’a jamais été aussi instable. Les Israéliens indéfectibles alliés des États-Unis, ou le contraire, ont compris que pour avoir la paix intérieure, il fallait déstabiliser le monde autour d’eux. Daech et tous ses avatars s’en chargent. Quand Snowden, transfuge de la National Security Agency (NSA) affirme qu’Al Baghdadi le calife autoproclamé est une créature du Mossad et de la CIA, pourquoi la soi-disant grande presse a-t-elle si peu repris sa révélation, pourtant capitale, pour mieux comprendre ce qui se passe actuellement sous nos yeux ? Quand Al Baghdadi, tel un prophète du chaos, déclare qu’Allah ne lui a pas encore donné l’ordre de s’attaquer à Israël, mais en revanche celui de châtier les mécréants et tous les infidèles vivant en territoire musulman, là encore son propos aurait pu être largement diffusé. Il est clair que depuis l’apparition de daech, Israël a les mains beaucoup plus libres et le redoutable Netanyahou peut achever la colonisation totale de la Cisjordanie sans rencontrer de véritable résistance. Il est clair que le monde arabe va connaître de terribles dissensions internes et des déstabilisations qui relégueront la question palestinienne au second plan. Il est clair que l’Occident va être confronté périodiquement à des attentats terroristes qui orienteront ses haines vers les extrémistes musulmans, lui faisant oublier par la même occasion le principal fauteur de trouble : ISRAËL ! Il est clair que l’attentat à Tunis, hier, découle de ce processus. Vive le peuple tunisien. VIVAAAAAA !

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Connexion

510033
Aujourd'hui
Hier
Ce Mois
All days
409
908
20345
510033

Votre IP: 18.206.187.81
27-05-2020

 Le respect de votre vie privée est notre priorité

Sur midelt.fr, nous utilisons des cookies et des données non sensibles pour gérer notre site.
A quoi nous servent ces cookies ?
Ils nous permettent de mesurer notre audience, de vous proposer des contenus éditoriaux et services plus adaptés et vous permettent de partager nos articles sur vos réseaux sociaux comme Facebook.
Cliquez sur le bouton pour valider votre consentement sachant que vous pouvez modifier vos préférences à tout moment sur notre site.