Nous avons 47 invités et aucun membre en ligne

Dimanche - Sem. 37 1 5 Sep. Roland NPleine lune
La mort, c'est un peu comme la connerie. Le mort , lui, il ne sait pas qu'il est mort... ce sont les autres qui sont tristes. Le con c'est pareil. P Geluck

Article à lire

Cheikha Hadda Ouakki, la chanteuse rebel…

13-08-2019 Hits:144 Ecrivain Poète Aouragh Aziz - avatar Aouragh Aziz

Photo de Jacqueline Caux Lorsqu’elle arrive sur scène, Hadda Ouakki "la grande", semble toute petite. La célèbre chanteuse berbère rentre de tournée et elle est fatiguée. Elle a la gorge qui...

Read more

Ce matin, sur ma fenêtre

10-08-2015 Hits:634 Jean BERTOLINO Jean Bertolino - avatar Jean Bertolino

Read more

Aujourd’hui allons au Pakistan

19-11-2018 Hits:461 Jean BERTOLINO Aouragh Aziz - avatar Aouragh Aziz

Asia Bibi Maudite religion que celle qui refuse A une jeune femme l’accès d’une fontaine Prétendue sacrée par des croyances obtuses Et que l’on interdit à l'immonde chrétienne. Maudite religion qui pousse deux musulmanes...

Read more

Palestine

17-08-2015 Hits:745 Jean BERTOLINO Jean Bertolino - avatar Jean Bertolino

6 à 8 millions de palestiniens chassés de leurs terres au cours de 4 guerres meurtrières ce n'est pas rien. L'amalgame entre anti-sionistes et antisémites permet de faire passer...

Read more

Ciel ! Que mon rêve était beau

02-09-2016 Hits:610 Jean BERTOLINO Jean Bertolino - avatar Jean Bertolino

Read more
FaceBookTwitterGoogle+Instagram

Quand « Apparu » le gibbon ! 

Par Jean BERTOLINO

Merveilleuse Nicole Ferroni qui, ce matin dans le journal de Patrick Cohen, s’est magistralement payée Benoist Apparu le comparant à un gibbon sautant de branche en branche pour se frayer son chemin, lâchant les « losers » au profit des « winers », comme le gibbon abandonne une branche porteuse pour une nouvelle, mieux placée. Plus largement, elle a étendu cette audacieuse comparaison à l’ensemble des leaders de la classe politique, batifolant au sommet de la canopée où murissent les bons fruits qu’ils dévorent allègrement sans penser un seul instant à les partager avec tous ceux qui sont au dessous. Elle a dit cela beaucoup mieux que moi cette talentueuse Nicole à l’humour audacieux et provocateur comme je l’aime.
Ce bavard d’Apparu est non seulement, à mes yeux, un hylobatidé, mais aussi un chamaeleonidae, autrement dit en plus d’un singe, un caméléon opportuniste qui change de couleur à sa convenance. Quand je pense que ce, cet, comment le désigner ? Ah oui, j’ai trouvé ! Cet « hominoïdoreptile », quand je pense donc que cet hominoïdoreptile a osé dire, pour justifier la suppression de cinq ou six cent mille fonctionnaires préconisée par son nouveau maître Fillon, que plus d’un quart ou d’un cinquième de ceux-ci étaient rétribués par la dette et que pour pouvoir réduire nos emprunts, il était impératif de s’en défaire, je suis profondément choqué. On n’allait donc pas les virer parce qu’ils étaient inutiles mais parce qu’on ne pouvait plus les payer. Attention, je suis convaincu que dans certains secteurs, il y en a, en effet, beaucoup trop, notamment dans les conseils généraux, régionaux, au parlement, au sénat, mais certainement pas dans l’assistance publique, l’éducation nationale, la sécurité nationale ou sociale. Autrement dit, si l’on se réfère au raisonnement strictement comptable de notre porte parole « jupéo-fillonniste » et que les réductions de personnels jugés pléthoriques soient essentiellement dictées par un souci d’économie, pourquoi ne pas virer la moitié des députés, des sénateurs, leurs conseillers évidemment et tous les salariés qui leur sont attachés. Là, oui, on la ferait tomber à coup sûr cette maudite dette. Viva !

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Connexion

348427
Aujourd'hui
Hier
Ce Mois
All days
482
700
8586
348427

Votre IP: 3.80.4.76
15-09-2019

 Le respect de votre vie privée est notre priorité

Sur midelt.fr, nous utilisons des cookies et des données non sensibles pour gérer notre site.
A quoi nous servent ces cookies ?
Ils nous permettent de mesurer notre audience, de vous proposer des contenus éditoriaux et services plus adaptés et vous permettent de partager nos articles sur vos réseaux sociaux comme Facebook.
Cliquez sur le bouton pour valider votre consentement sachant que vous pouvez modifier vos préférences à tout moment sur notre site.