Nous avons 11 invités et aucun membre en ligne

Jeudi - Sem. 44 2 9 Oct. Narcisse MPleine lune
Patience laissa brûler sa maison.

Article à lire

LES SCANDALEUSES PUNITIONS

24-08-2020 Hits:854 Jean BERTOLINO Aouragh Aziz - avatar Aouragh Aziz

Les scandaleuses punitions. J’aime les belles pensées qui élèvent notre âme Nous font prendre du recul et un peu de hauteur Apaisent nos angoisses, éloignent nos rancœurs Comme pourrait le faire un...

Read more

ROUE LIBRE

12-11-2017 Hits:1681 Jean BERTOLINO Jean Bertolino - avatar Jean Bertolino

Insomnie Des lueurs pâlissent le noir de mes yeux clos Et des visages venant des époques lointaines Aux rictus de gargouille défilent dans ces halots. Ce sont  depuis toujours mes vieux Croquemitaines. Je les connais...

Read more

Le rossignol de la chanson amazighe

07-03-2020 Hits:1061 Actualités Aouragh Aziz - avatar Aouragh Aziz

  En effet avec sa voix douce, mélancolique et mélodieuse, Maghni a fait ses premières pierres dans la musique amazighe depuis les années 70 où une pléiade d’artistes s’est lancée dans...

Read more

Ce matin, sur ma fenêtre

10-08-2015 Hits:1653 Jean BERTOLINO Jean Bertolino - avatar Jean Bertolino

Read more

hommage à Hmou Oulghaz

14-08-2019 Hits:1504 Ecrivain Poète Aouragh Aziz - avatar Aouragh Aziz

Read more
FaceBookTwitterGoogle+Instagram

S'UNIR

Quand la mer gronde

6 Février 2018

Nous étions partis pour Antibes dans l’espoir de trouver le soleil absent de Paris depuis un bon mois. La tempête nous attendait. C’est beau la tempête et ça fait réfléchir.

 

Pas loin de ma fenêtre, un vert palmier s’agite

Comme un fou. Les mouettes se terrent. Démontée

La mer, dans un fracas d’écume, s’excite

Contre le vieux rempart furieusement heurté.

La mer, la mer, a pris son visage d’hiver

Gris, écumant, roulant des flots envahissants,

Qui submergeraient bien la terre toute entière

Si la gravitation ne freinait ses élans.

Alors à quoi bon enrager de la sorte

Ô mer qui peut si vite s’apaiser et séduire.

Oui, toi la grande bleue, si douce, si accorte,

Pourquoi donc, avec moi, aussi mal te conduire ?

C’est vrai, je ne suis rien qu’un flâneur solitaire,

L’infiniment petit d’une engeance assassine

Qui par tous ses déchets rend tes eaux bien moins claires

Et par ses faims ogresses tue ta faune marine.

Mais je ne suis pas seul à être ainsi songeur

Nous sommes des millions conscients que ta survie  

Dépend de nos actions, mais les accapareurs

Encouragent à tout va nos funestes envies.

Ô mer pardonne-moi, pardonne-leur aussi.

Nous ne savons toujours pas ce que nous faisons.  

Mais nous t’aimons c’est sûr comme on aime la vie

Et si un jour tu meurs, nous tous aussi mourrons.

La mer, la mer, a pris son visage d’hiver

Gris, écumant, roulant ses vagues de colère

Jean Bertolino

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Connexion

603158
Aujourd'hui
Hier
Ce Mois
All days
444
507
17292
603158

Votre IP: 3.89.87.12
29-10-2020

 Le respect de votre vie privée est notre priorité

Sur midelt.fr, nous utilisons des cookies et des données non sensibles pour gérer notre site.
A quoi nous servent ces cookies ?
Ils nous permettent de mesurer notre audience, de vous proposer des contenus éditoriaux et services plus adaptés et vous permettent de partager nos articles sur vos réseaux sociaux comme Facebook.
Cliquez sur le bouton pour valider votre consentement sachant que vous pouvez modifier vos préférences à tout moment sur notre site.