Nous avons 68 invités et aucun membre en ligne

Dimanche - Sem. 37 1 5 Sep. Roland NPleine lune
La mort, c'est un peu comme la connerie. Le mort , lui, il ne sait pas qu'il est mort... ce sont les autres qui sont tristes. Le con c'est pareil. P Geluck

Article à lire

La fraternité, c'est un dénominateur com…

21-10-2016 Hits:619 Abdennour Bidar Aouragh Aziz - avatar Aouragh Aziz

Il faut opposer la fraternité au capitalisme sauvage et aux replis identitaires. C'est ce qu'affirme le philosophe Abdennour Bidar, président de Fraternité générale. Le philosophe Abdennour Bidar est le président...

Read more

Je ne suis pas Charlie

02-02-2015 Hits:634 Jean BERTOLINO Jean Bertolino - avatar Jean Bertolino

Dans l’ambiance exaltante d’unité nationale qui prédomine actuellement, me faut-il oser jouer les trouble-fêtes ? Charlie Hebdo, lui, ne se serait pas gêné, alors j’ose. Hier, je n’étais pas dans...

Read more

Sionisme : le mot dévoyé

20-02-2019 Hits:473 Jean BERTOLINO Aouragh Aziz - avatar Aouragh Aziz

Néanmoins, dans le contexte actuel et après l’instrumentalisation qu’a générée l’agression verbale subie par Alain Finkielkraut, il est utile de préciser que sémantiquement ces deux mots antisémite et antisioniste ne...

Read more

Une inaccessible lumière....

31-10-2017 Hits:571 Jean BERTOLINO Super Utilisateur - avatar Super Utilisateur

inventeurs de déités, tous les prophètes ou illuminés qui ont prétendu la posséder ont souvent engendré des idéologies ou des dogmes mortifères, sources d'intolérance, de barbarie et de stagnation intellectuelle...

Read more

Souvenirs, souvenirs...

20-02-2019 Hits:379 Jean BERTOLINO Aouragh Aziz - avatar Aouragh Aziz

Jean Bertolino a été grand reporter de guerre pendant 30 ans, puis responsable du service des grands reportages à TF1, avant de produire le magazine 52 sur la Une sur...

Read more
FaceBookTwitterGoogle+Instagram

par Jean Bertolino.
Wahhabisme et salafisme sont les deux mamelles de la terreur islamique.


L’islam ne se grandit pas en les tolérant dans son sein. Pire même, il se laisse contaminer par leurs funestes toxines de haine et d’intolérance. Il est désormais aisé pour un musulman qui n’a pas pris le chemin de la droiture, qui a pratiqué le vol, le trafic de drogue, et toutes sortes de malversations, quand la roue de la chance ne tourne plus pour lui du bon côté, de se dire ; « j’ai péché, je me suis mal conduit, j’ai bafoué la morale et ma religion mais si comme le dit le livre, je meurs en martyr en tuant des infidèles et en criant « Allah Akbar »  j’irais au paradis ou m’attendent les houris pour célébrer ma gloire".

Messieurs les Imams, je vous en conjure, expliquez, expliquez sans cesse à vos ouailles que lorsque Mahomet fait allusion aux infidèles, nous sommes aux  6ème et 7ème siècle et que les infidèles auxquels il pense sont les « idolâtres » de la Mecque, ville marchande peuplée de familles souvent rivales qui ont chassé son clan de la cité. Quoi de plus normal que de vouloir revenir au pays en vainqueur et,  conformément à l’époque, de s’afficher en justicier impitoyable.

Certes il connaissait le christianisme pour avoir rencontré un moine durant ses déplacements caravaniers et le Judaïsme durant l’hégire à Yathrib, la future Médine, où il fréquenta des docteurs de la loi mosaïque. Mais que pouvait-il savoir des peuples de nos contrées lointaines et surtout, n’ayant aucun grief à leur reprocher, il n’avait aucune raison de leur en vouloir. Les Salafistes et les wahhabites, eux, prennent le Coran à la lettre sans faire la moindre exégèse, et nous voici - assimilés aux idolâtres de la Mecque moyenâgeuse – la cible de tous les cinglés, les déséquilibrés qui voient en nous des ennemis de leur prophète.

Ceux qui meurent en tuant des gens qui ne leur ont rien fait, uniquement parce qu’ils croient qu’ils doivent les haïr ne sont pas des martyrs, qu’on se le dise, mais des détraqués malfaisants qui ne méritent aucune clémence. Ceux qui en revanche se sacrifient pour sauver des innocents menacés par ces fous d’Allah, eux oui, méritent nos louanges et notre affliction. C’est le cas aujourd’hui du Lieutenant Colonel de gendarmerie Arnaud Beltrame tombé à Trèbes les Capucins sous les coups d’un assassin qui en criant un "Allah Akbar" n’a pas grandi pas son dieu.

Chapeau bas à ce brave. Pleurons-le !  

JB

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Connexion

348450
Aujourd'hui
Hier
Ce Mois
All days
505
700
8609
348450

Votre IP: 3.80.4.76
15-09-2019

 Le respect de votre vie privée est notre priorité

Sur midelt.fr, nous utilisons des cookies et des données non sensibles pour gérer notre site.
A quoi nous servent ces cookies ?
Ils nous permettent de mesurer notre audience, de vous proposer des contenus éditoriaux et services plus adaptés et vous permettent de partager nos articles sur vos réseaux sociaux comme Facebook.
Cliquez sur le bouton pour valider votre consentement sachant que vous pouvez modifier vos préférences à tout moment sur notre site.