Nous avons 35 invités et aucun membre en ligne

Mardi - Sem. 30 2 3 Juil. Brigitte RGibbeuse décroissante
Seul l'homme malhonnête se laisse corrompre.

Article à lire

Je ne suis pas Charlie

02-02-2015 Hits:531 Jean BERTOLINO Jean Bertolino - avatar Jean Bertolino

Dans l’ambiance exaltante d’unité nationale qui prédomine actuellement, me faut-il oser jouer les trouble-fêtes ? Charlie Hebdo, lui, ne se serait pas gêné, alors j’ose. Hier, je n’étais pas dans...

Read more

La fraternité, c'est un dénominateur com…

21-10-2016 Hits:506 Abdennour Bidar Aouragh Aziz - avatar Aouragh Aziz

Il faut opposer la fraternité au capitalisme sauvage et aux replis identitaires. C'est ce qu'affirme le philosophe Abdennour Bidar, président de Fraternité générale. Le philosophe Abdennour Bidar est le président...

Read more

Pleurons un Brave

28-03-2018 Hits:422 Jean BERTOLINO Super Utilisateur - avatar Super Utilisateur

L’islam ne se grandit pas en les tolérant dans son sein. Pire même, il se laisse contaminer par leurs funestes toxines de haine et d’intolérance. Il est désormais aisé...

Read more

Quand « Apparu » le gibbon !

10-01-2017 Hits:529 Jean BERTOLINO Jean Bertolino - avatar Jean Bertolino

Merveilleuse Nicole Ferroni qui, ce matin dans le journal de Patrick Cohen, s’est magistralement payée Benoist Apparu le comparant à un gibbon sautant de branche en branche pour se frayer...

Read more

Rachid Taha, le doux subversif

23-09-2018 Hits:321 Actualités Aouragh Aziz - avatar Aouragh Aziz

  Le musicien algérien résidant en France est mort à l’âge de 59 ans. Retraçant leur parcours commun, d’Oran à Paris, l’écrivaine Brigitte Giraud raconte comment, à partir des années 80...

Read more
FaceBookTwitterGoogle+Instagram

N’offrez pas de fleurs, Messieurs, ne confondez pas avec la Saint Valentin ! Le 8 mars est une journée de lutte pour les droits des femmesN’offrez pas de fleurs,Pas de fleurs, non merci, l’égalité des droits, d’ici à là-bas.Messieurs, ne confondez pas avec la Saint Valentin ni avec la fête des mères ! Le 8 mars n’est pas une fête ni un hommage, mais une journée de lutte pour les droits des femmes.Ce n’est vraiment pas un jour pour offrir des fleurs, des produits de beauté, de la lingerie, de l’électroménager ou des promotions shopping… Au contraire, sortez des stéréotypes! Exprimez plutôt votre solidarité. Si vous voulez faire un geste pour la Journée des Femmes, intéressez-vous plutôt aux revendications émises à cette occasion. Quelle est la réalité vécue par les femmes? Quelles sont leurs difficultés? leurs revendications? Que pouvez-vous faire? Mais évitez les initiatives idiotes qui vous font porter des talons, du rose ou du rouge à lèvres : ça n’a jamais fait avancer les droits des femmes ! Portez plutôt le ruban blanc. Chaque année, même les machos les plus farouches feignent, le 8 mars, de jeter une brassée de roses aux pieds de la femelle. Sans que rien ne change, au contraire…

Source Marianne 2013

"Enjil", le portrait d'un village en voie de disparition

Mustapha Elouizi Publié dans Libération le 16 - 07 - 2018


C'est l'histoire d'un village minier près de Midelt. En 2008, le jeune réalisateur Mourad Khellou y avait tourné son deuxième court métrage « Troisième jour», mais dix ans après, une visite éclair allait inspirer un autre court-métrage, mais cette fois à l'ombre de la colère et de la mélancolie.
« Dix ans après, j'ai revisité ce lieu, et je l'ai trouvé dans un état critique, presque détruit, des inconnus ont volé les portes, les fenêtres, les toits et même les briques et les installations d'eau et d'électricité. Alors j'ai décidé de filmer vite ce lieu avec une colère et une mélancolie intenses», confie Mourad Khellou à Libé, avant d'ajouter que « tout de suite, l'idée d'un film s'es développée ».
La nouvelle histoire d'Enjil est celle d'un ballon blanc poussé par hasard par les vents dans ce village fantôme où des voix, des sons et des histoires aussi refusent de le quitter et de l'abandonner.
« Heureusement, dit le réalisateur, le tournage s'est déroulé dans des conditions favorables, il y avait du vent pour diriger le ballon, et le va-et-vient des nuages qui a donné plus de mystère à l'image dont la lumière change accidentellement mais très poétiquement ». Le texte accompagnant les ondulations du ballon sont la résultante d'une narration orale propre aux anciens habitants du village, notamment les mineurs et leurs familles, dont une grande partie s'était installée à Midelt.
Ce court documentaire de création, n'est pas un cri, ni un travail d'archivage mais une remise en question de notre rapport à l'espace, à notre patrimoine matériel, renchérit Khellou. En fait, chaque jour une kasbah où un ancien village disparaît sans que nous réagissions pour les protéger et les sauvegarder, alors qu'ils constituent bien une part de notre identité.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Connexion

322195
Aujourd'hui
Hier
Ce Mois
All days
48
121
9089
322195

Votre IP: 54.161.118.57
23-07-2019

 Le respect de votre vie privée est notre priorité

Sur midelt.fr, nous utilisons des cookies et des données non sensibles pour gérer notre site.
A quoi nous servent ces cookies ?
Ils nous permettent de mesurer notre audience, de vous proposer des contenus éditoriaux et services plus adaptés et vous permettent de partager nos articles sur vos réseaux sociaux comme Facebook.
Cliquez sur le bouton pour valider votre consentement sachant que vous pouvez modifier vos préférences à tout moment sur notre site.