Nous avons 21 invités et aucun membre en ligne

Vendredi - Sem. 32 0 7 Août Gaétan QGibbeuse décroissante
L'ignorance mène à la peur, la peur mène à la haine et la haine conduit à la violence. Voilà l'équation.Averroès: Homme de loi, Mathématicien, Médecin, Philosophe, Scientifique, Théologien (1126 - 1198)

Article à lire

Quand « Apparu » le gibbon !

10-01-2017 Hits:1433 Jean BERTOLINO Jean Bertolino - avatar Jean Bertolino

Merveilleuse Nicole Ferroni qui, ce matin dans le journal de Patrick Cohen, s’est magistralement payée Benoist Apparu le comparant à un gibbon sautant de branche en branche pour se frayer...

Read more

Le rossignol de la chanson amazighe

07-03-2020 Hits:815 Actualités Aouragh Aziz - avatar Aouragh Aziz

  En effet avec sa voix douce, mélancolique et mélodieuse, Maghni a fait ses premières pierres dans la musique amazighe depuis les années 70 où une pléiade d’artistes s’est lancée dans...

Read more

Cheikha Hadda Ouakki, la chanteuse rebel…

13-08-2019 Hits:1205 Ecrivain Poète Aouragh Aziz - avatar Aouragh Aziz

Photo de Jacqueline Caux Lorsqu’elle arrive sur scène, Hadda Ouakki "la grande", semble toute petite. La célèbre chanteuse berbère rentre de tournée et elle est fatiguée. Elle a la gorge qui...

Read more

Héroïne du quotidien

22-05-2015 Hits:1491 Michel ETIEVENT Aouragh Aziz - avatar Aouragh Aziz

J’ai dans ma galerie de personnages, une femme que j’ai toujours révérée. Une anonyme qui aurait pu dormir au Panthéon ou sur la couverture d’un livre d’histoire. Elle s’appelait Emilie...

Read more
FaceBookTwitterGoogle+Instagram

S'UNIR

Qu'avons nous fait ???

 27 Décembre 2018

Parfois je me fais peur quand je roule en taxi ou en bus pour rejoindre ou quitter un aéroport, mais bon ça ne dure pas et il reste encore sur notre douce terre des îlots de beauté.

Qu’avons-nous fait ?

 

Par la vitre du taxi qui roulait vers Orly

Je contemplais maussade cette zone urbaine

Que depuis cinquante ans l’homme a avilie

Et je m’imaginais ce qu’était cette plaine

Avant l’aéroport et avant les voitures.

En guise de hangars je voyais des jardins

Au lieu des cités tristes s’étalaient des pâtures

Et des bosquets touffus où se cachaient les daims.

Je me mis à penser à ces vastes cités

Où mes pas m’ont mené toute ma vie durant

Et aux désastres causés par les activités

Des hommes qui s’étalent partout en conquérants.

Jadis ils bâtissaient des villes glorieuses

Avec de grands parcs et de beaux bâtiments.

Leur expansion est devenue calamiteuse

Pressés, ils se répandent n’importe comment.

Il n’y a plus de beauté dans ces banlieues immenses

Rien que de la disgrâce peu propice au bonheur.

Les frustrations incubent, germent des haines intenses

Qu’expriment par moment les hordes de casseurs.

Qu’avons-nous fait ? Le surpeuplement nous devance.

Comment donc enrayer cette folle expansion ? 

Nous ne gérons plus rien, même pas les urgences

Et comme des métastases nous proliférons.

Vers Nice c’est pareil, ça grouille sur la côte

Des maisons provençales noyées dans le béton

Sont, c’est sûr, en sursis tant que vivent leurs hôtes

Mais après, les promoteurs les fracasseront.

Et puis il y a Antibes et son village ancien

Où le « Airbnb» peu à peu prend racine

Quand les vieux disparaissent et que l’on vend leurs biens. 

Par bonheur y subsistent l’indomptable Jeannine

La brillante Sylvana, Annie la pétulante

Qui vivent dans le quartier tout près de la maison

Où je viens oublier toutes mes déraisons

Et qui veillent sur elle en Vesta, vigilantes.

Me voici apaisé. Joyeuses fêtes à toutes et à tous.

VIVAAAA !

JB

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Connexion

549877
Aujourd'hui
Hier
Ce Mois
All days
521
1196
5528
549877

Votre IP: 3.228.220.31
7-08-2020

 Le respect de votre vie privée est notre priorité

Sur midelt.fr, nous utilisons des cookies et des données non sensibles pour gérer notre site.
A quoi nous servent ces cookies ?
Ils nous permettent de mesurer notre audience, de vous proposer des contenus éditoriaux et services plus adaptés et vous permettent de partager nos articles sur vos réseaux sociaux comme Facebook.
Cliquez sur le bouton pour valider votre consentement sachant que vous pouvez modifier vos préférences à tout moment sur notre site.