Nous avons 28 invités et aucun membre en ligne

Dimanche - Sem. 37 1 5 Sep. Roland NPleine lune
La mort, c'est un peu comme la connerie. Le mort , lui, il ne sait pas qu'il est mort... ce sont les autres qui sont tristes. Le con c'est pareil. P Geluck

Article à lire

Quand la mer gronde

11-02-2018 Hits:524 Jean BERTOLINO Super Utilisateur - avatar Super Utilisateur

  Pas loin de ma fenêtre, un vert palmier s’agite Comme un fou. Les mouettes se terrent. Démontée La mer, dans un fracas d’écume, s’excite Contre le vieux rempart furieusement heurté. La mer, la...

Read more

de quel droit

01-06-2018 Hits:463 Jean BERTOLINO Super Utilisateur - avatar Super Utilisateur

Read more

Ma Grand Sœur

29-05-2018 Hits:512 Jean BERTOLINO Super Utilisateur - avatar Super Utilisateur

  J’avais un petit frère qui, parti avant l’heure, A laissé un grand vide tout au fond de mon cœur. J’ai une grande sœur de un an mon ainée Qui dans la solitude s’est...

Read more

Ramadan le sournois

31-10-2017 Hits:573 Jean BERTOLINO Super Utilisateur - avatar Super Utilisateur

  Le principal objectif des Frères musulmans, il est bon de le rappeler, est l'instauration de républiques islamiques à la place des régimes en place dans les pays à majorité musulmane...

Read more

Ce matin, sur ma fenêtre

10-08-2015 Hits:634 Jean BERTOLINO Jean Bertolino - avatar Jean Bertolino

Read more
FaceBookTwitterGoogle+Instagram

Les sentiers de la guerre

12 Février 2019


La pensée du jour

Les sentiers de la guerre…

Mes nuits, comme la machine à remonter le temps,

Me plongent dans des époques à jamais révolues.

Je revois les pays comme ils étaient avant,

Côtoie des personnages aujourd’hui disparus.

Avant était-ce mieux ? Me voici hésitant.’

Avant, c’était aussi une époque arbitraire

Où les hommes frappés de folies bipolaires

Se trucidaient beaucoup. Mais moi j’avais trente ans.

J’étais sans parti pris, très souvent incertain

 Mais toujours contre ceux qui tuaient des innocents.

Les bons ne sont jamais tous dans le même camp

Les mauvais non plus. C’est clair sur le terrain

Où s’enlacent les morts après s’être éventrés. 

J’escaladais des monts, franchissais des frontières,

A l’insu des soldats qui gardaient les entrées,

Pour rejoindre des rebelles aux exploits légendaires.

D’Amérique du Sud ou du Moyen Orient,

Jungles de Colombie, maquis du Salvador,

Hautes vallées Afghanes, montagnes du Kurdistan

Mes sommeils sont emplis de tant d’échos sonores :

De cris, de mitraillades et du long bruit qu’émet

La pierre que décrochent les sabots des chevaux,

Du condor ou de l’aigle qui glapit tout là haut

Dans ces taches de ciel coincées par les sommets.

Avant, c’était hier. Je parcourais le monde,

En quête de justes causes, de héros exemplaires,

Par des chemins cachés, des pistes muletières.

Et maintenant j’écoute le tic-tac des secondes

En revoyant les scènes fortes de ma vie

Qui réveillent en moi des joies et des colères.

OUI, je reprendrais bien les sentiers de la guerre

Pour cette faim d’émotions toujours inassouvie.

VIVAAAA !

JB

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Connexion

348407
Aujourd'hui
Hier
Ce Mois
All days
462
700
8566
348407

Votre IP: 3.80.4.76
15-09-2019

 Le respect de votre vie privée est notre priorité

Sur midelt.fr, nous utilisons des cookies et des données non sensibles pour gérer notre site.
A quoi nous servent ces cookies ?
Ils nous permettent de mesurer notre audience, de vous proposer des contenus éditoriaux et services plus adaptés et vous permettent de partager nos articles sur vos réseaux sociaux comme Facebook.
Cliquez sur le bouton pour valider votre consentement sachant que vous pouvez modifier vos préférences à tout moment sur notre site.