Nous avons 12 invités et aucun membre en ligne

Samedi - Sem. 28 1 1 Juil. Benoît RGibbeuse décroissante
Une vraie rencontre, une rencontre décisive, c'est quelque chose qui ressemble au destin. Tahar Ben Jelloun.

Article à lire

Quand « Apparu » le gibbon !

10-01-2017 Hits:1362 Jean BERTOLINO Jean Bertolino - avatar Jean Bertolino

Merveilleuse Nicole Ferroni qui, ce matin dans le journal de Patrick Cohen, s’est magistralement payée Benoist Apparu le comparant à un gibbon sautant de branche en branche pour se frayer...

Read more

Discrimination systémique

11-09-2017 Hits:1501 Information Aouragh Aziz - avatar Aouragh Aziz

La Presse : http://www.lapresse.ca Brice avait 23 ans quand elle a déposé ses valises à Montréal, le cœur empli d’espoir. Environnementaliste au Bénin, elle a démissionné de son poste pour poursuivre des études...

Read more

Le Maroc, une cible importante pour la c…

20-09-2019 Hits:906 Actualités Aouragh Aziz - avatar Aouragh Aziz

  Le Maroc, une cible importante pour la cybercriminalité Le Maroc demeure une cible importante pour la cybercriminalité. Il est, d’ailleurs, classé au troisième rang des pays les plus ciblés en Afrique...

Read more

Les années de plomb au Maroc

22-08-2019 Hits:1453 Ecrivain Poète Aouragh Aziz - avatar Aouragh Aziz

  Mille mois a pour cadre le début des années 1980. Une période sombre dans l'histoire du pays, marquée par l'arrestation massive d'opposants au roi Hassan II. Qu'un film marocain puisse...

Read more

Je ne suis pas Charlie

02-02-2015 Hits:1400 Jean BERTOLINO Jean Bertolino - avatar Jean Bertolino

Dans l’ambiance exaltante d’unité nationale qui prédomine actuellement, me faut-il oser jouer les trouble-fêtes ? Charlie Hebdo, lui, ne se serait pas gêné, alors j’ose. Hier, je n’étais pas dans...

Read more
FaceBookTwitterGoogle+Instagram

S'UNIR

  Les juifs  à  Midelt

le 26 novembre 2012
MIMOUN MILOUD

Le film documentaire de Kamal Hachkar sur la collectivité juive ayant vécu àTinghirt a réveillé en moi originaire de MIDELT, quelques souvenirs que j'ai gardés des

Juifs qui ont vécu en toute convivialité avec la communauté musulmane, jouant même un très grand rôle dans lavie et le quotidien de tous les mideltis, avant que l'immigration vers Israël ne les aient gagné. C'est vrai que ceux-ci ont vécu parmi nous au quartier LMALLAH, et je me souviens même qu'un jeune juif nommé CHIMOIL (qui avait notre âge)s'était lie d'amitiés avec d'autres jeunes musulman avec lesquels il partageait le plaisir de jouer de la luth et faire de la musique chgouri

Ils vivaient le même sort que les musulmans, parmi eux il y avait des gens très simples lesquels étaient des petits commerçants , comme ILLOU BENHADDOU ou HAKI DOUDOU était le préféré des gens de ksar tachaouite du fait que ces parents avaient habités là-bas, ou bien MAYER qui détenait un bureau de tabacs dont la plupart des mideltis se souviennent avoir commencés à fumer le jour ou la boutique de ce dernier a pris feu, lorsqu' ils ont ramassé les restes des paquets de cigarettes à moitie détruites dont celui-ci s'est débarrasses .ils étaient aussi matelassier, ferronniers LMAGHMAGH aux hadada, brocanteur HALLAL à côté de l'école el ayachi devenue par la suite collège ,porteur BAYA, ménagère HNOU elle faisait le ménage même dans les foyer musulmans;ils offraient avec fierté leurs services aux musulmans pour gagner leur vie. Il y avait aussi des familles aisées, les MARCIANO et les PINTO lesquels jouissaient d'une grande notoriété à Midelt du fait qu'ils étaient des grossistes et détenaient certains monopoles commerciaux, ceux-ci étaient surtout spécialises dans le commerce des produits destines à la consommation des européens se trouvant en grand nombre (cadres et ingénieurs) en activité aux mines de mibladen et aouli d'ou provenait à ce moment tout le potentiel de MIDELT et, qui leur donnait un très grand pouvoir d'achat tel le magasin AU PRINTEMPS qui proposait tous genres de revues et journaux ,aussi tous les articles des cadeaux luxueux , sa vitrine était tellement attirante à l'approche des fêtes de fins d'années par l' exposition de toutes sortes de jouets , qui nous petits n'avons que la possibilité d' admirer avec une grande envie, tout en s'imaginant de posséder un de ces jouets. ASSOULIN lui vendait les grandes marques de vins, fromage, conserves,et toutes autres marques de qualité de limonade produit encore très rare à ce moment que seuls les européens cités ci-haut pouvaient s'offrir. Certains étaient les premiers à introduire les nouveaux métiers, tailleurs dans la ville ils confectionnaient des costumes sur mesure (HAYEM au mellah pour les moyens  BENARROCH  devant l ex  gendarmerie pour les fonctionnaires  et MARCIANO au centre ville pour la haute classe) .couturière IJJOU savait faire des jolies robes ;sa clientèle  était  composée de jeunes filles  juives ou musulmanes  en début d émancipation  et qui fréquentait  l’ école primaire  à madame JAVAILLON. Le premier photographe en noir et blanc de la place était juif et on le surnommait KODAK. Bref ils mettaient à disposition dans leurs magasins n’ importe quel  article au besoin ( pièces de rechange automobiles quincaillerie ,droguerie ,draperie etc. …)

ILLOU ZENOU lui était un grand boucher de luxe et le seul à avoir un frigo pour stoker la viande ; les premières marques de motos vespa lesquelles étaient a la mode a ce moment étaient  commercialisées par le gendre à  PINTO.

C’est par eux et pendant leurs fêtes de mariages que j’ ai vu le célèbre chanteur BOTBOL, qu’ ils faisaient venir pour égayer leur événements par d’ interminables chansons de type chgouri

Pour nous faire un peu d’argent de poche durant les trois mois de vacance ,avec un groupe d’amis , nous  allions travailler à la cueillette des fruits chez un négociant de fruits dit NASSIM lequel avait un dépôt à SOUIKET JAMAA .Lieu ou se tenait le marche hebdomadaire ( ou les paysans vennaient  leurs vendre les meilleurs produit du terroir préfères par ceux-ci)  lequel a été crée par les juifs même, pour leurs provision  la veille du samedi   qui était bien sur un jour  sacre pour eux ou il ne faisaient aucune activité ;même les repas de ce jour étaient préparés  la veille ,d’où l’idée de les garder dans des gargouille en terre enfouies dans des cendre dans des fours bâtis avec de la terre ;c’ est en quelque sorte la tanguia .Souvent il nous faisaient gouter leurs très bons plats comme la skhina qui était a base de ble tendre et des épices  aussi leurs délicieux gâteaux ( rkak et krachel)

Au tribunal une aile leurs était sous la présidence d’ un rabbin qui tranchait leurs contentieux( héritage divorce et mariage) conformément aux règles judaïques et toute les décisions  transcrites dans des registres et entérinés par le président du tribunal

Certain s’ étaient même convertis à l’islam et étaient bien intégrés et accueillis par la communauté musulmane sans le moindre préjuge

Preuve de tolérance, ils avaient deux synagogues au MELLAH et une autre au centre ville où ils pratiquaient en toute liberté et quiétude leur culte ; et même une sépulture dit MOLKAF à proximité de TAAKIT  ou un de leur sage  et enterré

Ils étaient traités au même pied  d’ égalités avec l’ autre communauté dans les affaires courantes par l’autorité et la justice et il n’ était pas permis à aucune de nuire à l’ autre, et toutes les garanties de l’ une ou l’autre étaient assurées  dans toutes les transactions

Malheureusement la fièvre de rejoindre ISRAEL les a  gagnée, et ils sont partis, prévoyant peu être que les ressources de MIDELT  diminueraient et de ce fait leurs activités le seraient aussi ; Dans nos mémoire nous les anciens Mideltis  ils restent toujours présents, et nous nous souviendrons d’eux a chaque recoin de la ville.

le 26 novembre 2012
MIMOUN MILOUD

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Connexion

533119
Aujourd'hui
Hier
Ce Mois
All days
544
493
4271
533119

Votre IP: 3.228.21.204
10-07-2020

 Le respect de votre vie privée est notre priorité

Sur midelt.fr, nous utilisons des cookies et des données non sensibles pour gérer notre site.
A quoi nous servent ces cookies ?
Ils nous permettent de mesurer notre audience, de vous proposer des contenus éditoriaux et services plus adaptés et vous permettent de partager nos articles sur vos réseaux sociaux comme Facebook.
Cliquez sur le bouton pour valider votre consentement sachant que vous pouvez modifier vos préférences à tout moment sur notre site.